Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

18/07/2011

VOIR ET COMPLIMENTER…

Je vous l’avais bien dit ! Cette campagne présidentielle va s’avérer gratinée. Tout est bon pour tenter de rabaisser l’autre, tant on a soi même peu à dire !

Dernier motif : le 14 juillet. Et que je te stigmatise les défilés militaires pour les uns, et que je te flingue l’Eva comme une viking à sa descente de drakkar pour l’autre, et allons donc !
Pour moi, qui ne suis pas un va-t-en guerre forcené, le 14 juillet c’était le jour commémoratif d’une révolution qui avait fait de la France le phare du Monde. Un matin d’été qui permettait d’écouter à la TSF - sans être traité de facho - Sambre et Meuse, Le rêve passe, En passant par la Lorraine, La Madelon et Tiens, voilà du boudin ! Qui permettait d’admirer, quand on eut la télé, les casoards de St Cyr, les tricornes de l’X, les barbes de la légion et les chevaux fringants de la Garde Républicaine, les trainées tricolores des jets temporairement inoffensifs. Tout cela permettait de « voir et complimenter l’armée française ! »*, gais et contents, le rosé aidant, en attendant le baletti de quartier qui clôturait agréablement la journée. Un tout quoi, un tout sympa dans lequel La Révolution, les soldats de l’An II, les trônes roulant comme des feuilles mortes se dispersant au vent, ceux qui allaient, fiers, joyeux, et soufflant dans des cuivres, ainsi que des démons, tout cela bruissait en toile de fond identitaire, à la fois présent et estompé.
A midi on regardait la garden party où le Président style IVème accueillait pèle mêle dans une joyeuse cohue les paysans, les riches, les enfants orphelins, les méritants,… Faux culs qui ont supprimé ce moment populaire, ce brassage républicain, au prétexte du coût en temps de crise ! Quand on sait que le Président actuel s’est tapé seize plombes de Sarkozy one (plus l’escadrille d’accompagnement) pour aller durant trois heures se faire flasher à Kaboul ! Quand on évalue pour la Lybie : Porte-avion Charles de Gaulle: 50 000 euros/heure, Rafale: 13 000 euros/heure, Mirage: 11 000 euros/heure, Missile tomahawk: 650 000 euros/unité, Missile scalp: 770 000 euros/l’un, Missile AASM: 250 000 euros/chacun … faut pas avoir honte !
Alors aujourd’hui, quand j’entends Fillon et autres commis d’office, s’érigNuls 1.jpger en champions de l’identité nationale, j’ai mal au cœur. L’identité ça se pratique ! Cela commence par faire respecter la date ! Interdire que quasiment toutes les grandes surfaces ouvrent et fassent surenchère de promos. Cette amodiation du travail le dimanche et jours de fête, accordée par la droite libérale, sonne la mort du rythme hebdomadaire, venu du fond du monde judéo-chrétien, comme la destruction d’un rempart de plus, travaillant à la « sortie de la culture »** et contribuant au détricotage de valeurs au profit du marché roi ! Cela continu en évitant d’inviter à ces honneurs républicaines des dictateurs que l’on combat l’année suivante, comme autant de taches indélébiles maculant la flamme qui s’agite sous l’Arc, pour quelques dollars de plus !
Défendre des valeurs qu’ils disent ! Quelles valeurs fondamentales défend-on en Afghanistan, en Lybie ?? Des valeurs qui sentent l’essence et le pavot ! Mourir en 2011 pour Kandahar (Afghanistan) contre les Talibans c’est à peu près aussi dérisoire que de mourir en 1918 à Bosra (Syrie) contre les Druzes (comme mon oncle). Morts sans finalité supérieure, sans gloire, sans panache. Des sacrifiés pour des postures internationales, dans l'incompréhension des foules, au mépris des obligations parlementaires. Victimes de l'inutile vanité de ceux qui croient devoir régir le monde, juchés sur leur estrade en contre plaqué. Fermez le ban !


Alors de grâce, pas de leçon de morale, pas de trémolos larmoyants prenant l’histoire à témoin ! L’Histoire c’est aussi une source intarissable de mensonges interprétables, comme disait mon collègue et ami R. Malafosse en débutant son cours.

* chanson « En revenant de la Revue » du célèbre chansonnier Paulus, 1886. Pour ceux qui auraient un trou de mémoire je vous recommande le site http://www.dutempsdescerisesauxfeuillesmortes.net/50_chansons/50_chansons_00a.htm
** P. PIGNARRE, I. STENGERS, La sorcellerie capitaliste. Pratiques de désenvoûtement, La Découverte.

Les commentaires sont fermés.