compteurs visiteurs gratuits

Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

23/03/2019

LA FABRIQUE DE VICTIME ÉMISSAIRE  

Je ne suis pas fan de la théorie du complot et tente de raisonner pour analyser les situations sociales. Or, l’état actuel de la France m’inquiète beaucoup!
L’escalade de la violence entre des acteurs mêlant des revendiqueurs pépères à des black blocs ravageurs face à un pouvoir qui s’arque boute sur une réponse répressive plus ou moins aveugle, crée un conflit sans issue visible.
Si l’on décortique ledit conflit on trouve, à la base, des quidams cherchant à exprimer leur mal être social, économique et identitaire. Des travailleurs pauvres ayant du mal à joindre les deux bouts, évoluant dans des zones (urbaines ou rurales) qui se paupérisent, et ressentant un mépris de la part des dirigeants. Ce nouveau type de mouvement social incluant donc chômeurs, féministes, écologistes, précaires, jeunes, homosexuel-le-s,..) a voulu rompre  avec le militantisme partisan ou syndical et s'organiser sur un mode horizontal, égalitaire et consensuel. L’expérience au plus près "du terrain" privilégiant un processus de prise de décision délibératif décentralisé, égalitaire et participatif, rejetant toute référence au mythe de la représentation politique, a focalisé le jeu autour du RIC (Référendum d’Initiative Citoyenne).
La répression progressivement féroce de ces couches populaires leur a donné le goût de la transgression et la légitimité de la vengeance. S’ajoute l’amplification délirante des chaines d’info continue mettant en spectacle les scènes évidemment les plus dramatisables, amplification qui a servi de lentilles déformantes des faits.
Quant aux fameux black blocs, qui sont une forme d'action collective radicalisée consistant, pour des individus masqués et vêtus de noir, à former un cortège (un bloc noir) au sein d'une manifestation et à casser tout ce qui peut incarner symboliquement le capitalisme honni, ils ont profité de l’aubaine pour pimenter les affrontements de dégradations de plus en plus sévères.
Face à ce mouvement pour le moins composite (comprenant à la fois des militants hautement politisés, des jeunes en quête de sensations fortes et des braves citoyens motivés par leur précarité, voire des mémés en quête de compagnie,…), le gouvernement - et en premier lieu le président de la république - a opposé une fin de non recevoir passant par la concertation, ce qui a eu pour résultat d’envenimer les choses et de transformer un défilé protestataire en émeute politique.
Faut-il que nos dirigeants possèdent un haut degré de dédain des classes populaires pour parvenir à cette mutation!

Champs.jpgAvançons plusieurs raisons:
Primo la tentation autoritariste. L’autoritarisme est un système politique se caractérisant par une confiscation du pouvoir au profit du gouvernement en place, se traduisant par des élections truquées, une répression policière importante, une forte limitation des libertés et l’existence d’une censure (Le politiste). A la seule lecture, cette définition évoque bien le dérapage (contrôlé?) de la macronie depuis son élection. Dans un régime de ce type, l’expression publique d’un désaccord sur la politique du gouvernement n’est pas ou faiblement tolérée. Jusqu’aux gilets jaunes, le rouleau compresseur de la majorité pléthorique "En Marche" avait annihilé la contestation, via, le cas échéant, les ordonnances comme arme de dissuasion massive. Confronté à ce "truc" inorganisé, sans finalité précise, sans territoire dédié sinon des ronds points,... le pouvoir a utilisé successivement le mépris, la dévaluation, la manipulation, et enfin la répression policière.
Deuxio, la stratégie du prestidigitateur montrant la main droite pour mieux cacher ce que fait la main gauche. Ce choix serait une manœuvre pure et simple, une stratégie froide et cynique : diaboliser le mouvement, le rendre responsable des violences, retourner l’opinion publique contre lui, l’isoler, l’écraser impitoyablement ensuite, pour s’en glorifier au final. Pendant que les chaînes "aux ordres" déversent des heures et des heures d’images et de mini débats sur les gilets jaunes et leurs exactions, le gouvernement fait passer des décisions pour le moins liberticides, des renforcements du pouvoir des parquets, des privatisations (aéroports de Paris, Française des Jeux,...) complètement inopportunes,... et s’adonne à des débats publics petits ou grand qui leurrent quant à leur caractère démocratique. Il en profite aussi pour manier le vieil croquemitaine des partis "factieux" qui menaceraient la démocratie.
Tercio, il faut l’évoquer même si je suis perplexe, l’inconsistance politique d’E. Macron et de la plupart de ses sbires. N’ayant qu’une expérience limitée du terrain en général (extractions urbaines aisées voire parisiennes riches) et politique en particulier (jamais élus) le pouvoir accumule les erreurs et refuse de les reconnaitre. Car la relative incompétence se double de narcissisme, soit l’opinion exagérée d’eux-mêmes. Malgré les rappels à l’ordre émanant autant d’institutions comme le Défenseur des Droits, Amnesty International ou la Ligue des Droits de l’Homme que d’ONG, de syndicats, de l’ONU, de magistrats, de collectifs citoyens, d’associations, de responsables politiques, d’intellectuels, d’anciens gradés de l’armée ou de la gendarmerie, de journalistes indépendants ou de la presse étrangère, la macronie reste sourde à l’autocritique en se gargarisant d’ordre public. Et cela d’autant plus que ceux qui les ont promu à cette place n’acceptent pas de les voir reculer, voire se contredire, ce qui représenterait le carburant majeur de la concertation. "Le narcissisme, le manque d'empathie et l'arrogance, préparent mal à servir humblement les citoyens les plus pauvres dont on a la charge. L'irrépressible fascination de ces dirigeants pour ce qu'ils considèrent "haut" et le mépris pour ceux qu'ils considèrent comme subalterne, rangent définitivement le narcissisme du côté des piètres démocrates"*.
 
Ceci étant, comment peut-on sortir de cette escalade de violence accompagnée de déconstruction démocratique?
Je ne crois pas un seul instant au grand débat comme issue voire issue de secours. Macron a lancé ce stratagème pour gagner du temps plutôt que comme remède.
Alors, je suis pessimiste. La violence est addictive, elle crée les conditions de sa reproduction et de son escalade. D’actif on devient enragé. L’épuisement des gilets jaunes espéré par Philippe n’aura pas lieu, et même se manifesterait-il, les black blocs venus de divers pays voisins dans une ambiance d’élections européennes, se substitueront à eux pour maintenir l’agitation voire plus. Et chaque semaine amène un degré de plus, l'armée étant mobilisée pour la prochaine étape!
Les oppositions s’enkystent et le débat sur le fond, jamais vraiment ouvert ni cerné, s’efface au profit du rapport de forces.
Et les violences ne se parlent pas! La violence répressive ne communique pas avec une violence symbolique, quoiqu’on dise! "Le monde dans lequel je vis actuellement est violent et non pacifiste, et je considère donc qu'il est légitime pour moi d'utiliser la force pour ne pas laisser le monopole de la violence à l'État et parce que la simple désobéissance civile pacifiste ne fait qu'établir un rapport de force de victime." (cité par Barette C., La pratique de la violence politique par l'émeute. Le cas de la violence exercée lors des contre-sommets, Mémoire de DEA, sociologie politique, Université Paris 1, 2002).
 
Emmanuel Macron devrait méditer le message de René Girard. Quand la violence de la société tend vers son paroxisme alors, elle se donne une victime émissaire signifiante à sacrifier. Qui est le plus montré du doigt?
 
* Antagonisme et dualisme.
http://mecaniqueuniverselle.net/animal-homme/comportement/dualisme.php)

21/02/2019

COLLAPSUS...OU PAS.

Paul Jaurion a écrit une chronique dans le Monde (De la valeur de marché à la tragédie des communs. 12/02) dont la justesse et l’intérêt mériteraient une grande publicité. Il annonce, ni plus ni moins la fin des haricots, comme on le dit trivialement. 

En mettant l’économie en moteur unique de l’action des nations, déclinée en croissance débridée et en productivité, il annonce un collapsus planétaire prochain (50?, 100?...ans).

Jaurion qui possède l’immense avantage d’être (aussi) anthropologue, tente de "Prévenir l’extinction du genre humain qui constitue la fin par excellence". Et il conclut par "Le moment est venu pour les comptables de la main invisible de s’écarter pour laisser la place aux sages de la protection des communs. Le moment est venu pour la valeur de laisser la place aux valeurs".

Cette alarme, les experts, les savants,... possédant une parcelle d’humanité dans leur réflexion ne cessent de l’exprimer depuis les années 60*… Dans un monde pourtant sourd et avide qui dévore tout ce qui permet de faire des profits. La fée croissance dans la main gauche, la magique financiarisation dans la main droite, les maîtres des flux économiques ont imposé à la planète une marche endiablée. Vers où? Vers un mode de vie triangulé en hyper riches, aisés, exploités. Certes il y eut quelques guerres, quelques colonies, quelques banqueroutes,... quelques crises que l’on nous a vendues comme les aléas inhérents à cette marche vers un bonheur qui s’inscrivait sur le cadran du PIB. Puis l’indicateur se mit à peiner, voire même à décliner. Alors les doctes médecins de l’économie libérale enseignée comme un catéchisme dans toutes les facs du monde, ont rendu leur verdict: il faut travailler plus, baisser les salaires et s’affranchir (rentabiliser) des choses qui ne coûtent rien à la communauté. Les biens communs, les communs. En économie, cela désigne les biens publics impurs, des ressources, matérielles ou non, qui sont rivales et non-exclusives, car ils peuvent être dégradés par leur consommation. La notion de communs renvoie également à une forme de propriété collective et aux mouvements qui cherchent à lutter contre la privatisation de certaines ressources. 

Ces communs ont incarné une hantise pour les économistes libéraux depuis Jevons, Walras et Menger. Ils sont accusés des pires maux mais, en premier lieu, de leur non rentabilité selon des démonstrations mathématiques jugées incontestables.

Incontestables à condition de raisonner "hors sol", "hors humanisme", "hors société".

Hors sol cela conduit à saccager la planète en épuisant des ressources limitées, en polluant l’air, les mers et les océans, en réduisant la bio diversité, en modifiant de façon irréversible le climat... En effet la plupart de ces "choses" servent gratuitement à maximiser (directement ou indirectement) des profits.

Hors humanisme s’inscrit dans une non prise en compte des sentiments des êtres humains. En les colonisant, en les exploitant, en leur interdisant de se plaindre, en les manipulant, en les empoisonnant,... puisque toutes ces "choses" doivent servir à la croissance.

Hors société car les critères patrimoniaux, esthétiques, modes de vie, santé, culture, identitaires, sécuritaires, judiciaires,... ne sauraient exister que lorsqu’ils contribuent à faire augmenter le PIB.

Or, l’économie représente, en vérité, une élucubration académique qui ne devrait servir qu’à fluidifier les échanges respectueux des valeurs humaines et sociétales. Point! 

Dire, comme le font certains tentant de sauver les meubles, qu’il existerait une autre économie alternative au dogme libéral s’avère un leurre. Il n’existe pas plus de planification miracle, que d’autogestion merveilleuse, pas plus que de main invisible miraculeuse. Toutes ces alternatives s’avèrent tout aussi contestable si elles ne sont pas soumises à un projet (progrès) humaniste et sociétal. En lisant bien les expériences vécues on ne peut qu’abonder dans ce sens. Le communisme soviétique, l’autogestion yougoslave, le maoïsme chinois,… ont été performants pour faire décoller des pays arriérés… mais se sont effondrés lorsqu’on a oublié la dimension humaine pour diverses raisons. 

Il faudrait extirper des esprits ce primat économique qui est en train de nous anéantir. 

Pourtant, chaque jour qui passe des dirigeants qui revêtent la toge de l’économie pour masquer leur avidité (financière ou de pouvoir) nous entrainent vers un chaos sans retour. Bientôt il n’existera plus d’insectes, puis plus d’oiseaux, puis plus d’eau,.... il y aura toujours des morceaux de papier monnaie avec des effigies royales ou non, il y aura toujours des dettes et des profits... mais ils seront devenus inutiles.

Je ne crois pas utile d’énoncer tous les dangers que les gouvernances libérales font courir à notre espèce. On ne doit pas parler de planète, la planète s’en sortira d’une façon ou d’une autre. Il faut parler de l’espèce humaine menacée par mille périls chimiques, mille risques industriels, mille risques biologiques.

On a trop oublié que le travail premier de l’économie consiste à éclairer les choix. Pas à les faire! "La politique c’est le goût de l’avenir" disait Max Weber. La politique économique c’est donc le choix de gestion de la rareté des ressources par rapport à ce principe. Des ressources rares lato sensu devrions-nous dire! Y compris les ressources incluses dans les valeurs communes matérielles et immatérielles. Avec un outil fondamental en ce domaine: les coûts d’opportunité qui enseignent que chaque choix possède un coût (pas seulement financier!) et qu’il faut juger de son intérêt à l’aune de cette balance. L’économie ne peut représenter le choix premier, impératif et absolu. Car il existe la variable temporelle qui conditionne tout… et qui relève du politique. 

Lors des premiers cours d’économie on expose la courbe d’indifférence. Soit x individus naufragés sur une ile, constituant une force de travail W. La dite force peut s’utiliser (allocation des ressources) en fonction de priorités: soit uniquement à pêcher, soit à construire un filet de pêche. Toutes les combinaisons intermédiaires sont indifférentes… pour l’économiste. Il faut donc qu’une instance politique (d’extraction démocratique ou autocratique) se prononce en faisant l’arbitrage entre la consommation à court terme (seulement pêcher et manger) ou la construction d’un capital (le filet) qui leur permettra contre une privation à court terme de pêcher plus et de dégager du temps (de loisir) faisant évoluer la situation du groupe, à long terme. Pleins d’éléments peuvent conditionner ce choix (contingence de la décision). L’économiste, pour simplifier et rester dans son pré carré, à décidé que le seul critère d’optimisation était l’utilité. On mesure la pauvreté de ce référentiel! Avec en plus, un autre biais : utilité individuelle (comme le demande le libéralisme) ou utilité sociale qui pourrait être définie comme « ce qui fait progresser le bien-être de la société » qui serait laissée au bon vouloir des dirigeants.planète.jpg

Je me permet de rappeler ce petit exemple fondateur pour éclairer la nature même de l’économie. Ainsi lorsqu’un président (ou ministre, ou quiconque) vous assène "Ce n’est pas possible économiquement" il ment forcément. Ce qu’il donne pour impératif n’est que le résultat d’un choix politique préalable (utilité pour sa réélection par exemple)**.

Fi donc des donneurs de leçons doctement chiffrées ou graphiquisées qui s’économisent (volontairement ou par incompétence) de l’élucidation des choix ayant conduit à cette décision. 

Pour la science économique, cette question des choix est familière… mais très souvent occultée.  Le modèle de la décision publique se caractérisait à l’idéal par un Etat fort, garant de l’intérêt général (commun) daté (à horizon court, moyen ou long) et imposant des choix fondés sur l’expertise incontestée des scientifiques (biologistes, juristes, économistes, sociologues,…). On mesure donc la complexité de ladite décision publique, et cela explique le recours à deux subterfuges:

Le premier concerne les idéologies qui sont des "kits décisionnels" clefs en main. On admet  ainsi les  choses  comme  prouvées,  sans  raisonnement,  à  l’instar d’une révélation (Hayek) "Parce que c’est comme ça". Hélas ces kits deviennent des dogmes conduisant à des doxas n’autorisant aucune critique.

Le second s’appelle lobbies, groupes de pression organisés qui, eux aussi, fournissent des "kits décisionnels" qui leurs sont favorables.

Résultats, les choix qui découlent de cette doxa d’économie libérale, choix qui, de plus, sont mondiaux, conduisent à une mise en danger très inquiétante des communs (ce qui appartient à tout le monde) planétaires (climat, pollution, santé,…), nationaux (privatisation, déculturation, inégalités, iniquités,…), voire locaux (privatisation, acculturation, marchandisation,..). L’ensemble résultant s’avère dramatique sans faire de science fiction quel que soit son habitus,  son parti, son idéologie, son intérêt financier,...

D’autant plus que devant le danger les sociétés ont tendance à se replier sur elles en rejetant les problèmes (donc les solutions) sur "les autres". D. Trump et sa politique en incarne l’exemple phare. Il nie les faits, pourtant scientifiques, s’aveugle sur des conséquences néfastes, s’assourdit quant à des recommandations vitales… et joue sur l’économie à court terme au maximum. Comme disait Keynes demain nous serons tous morts! L’Europe ne fait guère mieux retardant l’urgence jusqu’à des calendes grecques "glissantes". La Chine (qui part de loin!) semble la plus sensible à la nécessité de prendre des mesures écologiques (pour le droits humains on verra plus tard). L’Inde et l’ensemble des émergents prétextent qu’ils doivent rattraper (on ne sait pas trop quoi) ce qui les exonèrerait d’efforts.

L’utilité sociale émerge de l’exercice de la démocratie! On a, hélas, trop tendance à l’oublier ou à la faire naitre d’une démocratie pervertie. 

L’utilité sociale oblige à gérer en même temps le sort des plus démunis de chez nous et de la planète entière. Voila la difficulté! Mais c’est impératif car, en Afrique, la dérive du climat ceteri paribus va entrainer des récoltes divisées par deux alors que la population va doubler et reposer avec plus d’acuité le problème des migrations. Là encore, il s’agit donc de la paix mondiale dont il est question***!

Alors saluons le mouvement des jeunes belges pour le climat, mouvement qui se diffuse dans plusieurs pays d’Europe et les "activistes" comme Pierre Larrouturou**** qui prônent des solutions concrètes. En espérant que cela fasse "boule de neige"!

  

* via, notamment le Club de Rome
** on parle d’ensauvagement du monde
*** ainsi plus de 1.700 milliards d'€ ont été "créés" en un an pour sauver les banques en 2008. 
*** HESSEL Anne, LARROUTUROU Pierre, JOUZEL, Jean. Finance, Climat, Réveillez-vous !Indigène éditions, octobre 2018 

30/01/2019

LES GILETS JAUNES ONT-ILS UNE ÂME?

C’était il y a un demi siècle! Alfred Sauvy était venu faire une conférence à Perpignan, son pays catalan d’origine. Après un exposé éblouissant nous étions quelques jeunes enseignants réunis autour du "maître" et il nous dit:

Ecoutez bien! Je vais vous révéler quelque chose de fondamental concernant l’économie:

Primo, il faut savoir que si les français avaient été mieux formés dans cette discipline depuis la guerre, leur revenu moyen serait multiplié, au moins, par deux!

Secondo, les  professeurs  d'économie politique qui vantent les bienfaits de la concurrence constituent  eux-mêmes la corporation la plus monopoliste qui soit, aux ordres des capitalistes.

Tercio, il en résulte un mépris arrogant de ces derniers, devenus dirigeants, vis à vis des foules maintenues dans un obscurantisme jusqu’à ce que la pression soit telle qu’une explosion sociale se produise... et que se soit alors "une ère de turbulence et de désordre accompagné de trouble du politique contraint à des mesures médiocres d’intérêt immédiat".* Gilets.jpg 

Sauvy comparait cela au jeu de l’église catholique du Moyen Age régnant sur le peuple analphabète en le terrorisant via l’inquisition proférant une justice inique. 

Les gilets jaunes m’ont remémoré ce moment privilégié avec d’un homme prophétique.


On peut transférer l’analyse de Sauvy au mouvement qui soulève les foules populaires. A trop utiliser le subterfuge (maintenir la masse dans l’ignorance de l’économie), le jour semble venu où les "invisibles" d’aujourd’hui vont casser la croûte malthusienne**, rentrer dans la place et réclamer leurs droits.

D’abord, il semble évident que cette méconnaissance des bases mêmes de l’économie*** conduisent lesdits gilets à proférer des énormités de façon candide... et donner ainsi du grain à moudre au gouvernement pour dénoncer ces erreurs majeures (à l’aune de leur mantra). On se situe dans une aporie (cercle vicieux) majeure: ceux qui savent mais ne partagent pas la connaissance accusent ceux qui n’ont pas été formés de ne pas savoir! Au parlement des élèves de Normale Sup, Science Po et ENA, sur les ronds points des élèves de l’école Machin-Chose de Langon, Sarcelle ou Plougastel... Aucun jugement de ma part mais seulement la démonstration d’une incompréhension radicale... encore augmentée par la mauvaise foi ou le mépris des premiers.  Ce décalage majeur d’information ruine, dès le départ, le fameux grand débat citoyen lâché par Macron en conscience de l’extrême dispersion des idées qui vont en émerger (?) et de la manipulation qui s’en suivra.

Qui a raison? Qui a tort? En fait, à mon avis, plus personne! On a tellement trafiqué les informations, manipulé les statistiques, asséné des contre-vérités, raconté des balivernes avec la docte assurance de celui qui sait tout,… que tout le discours est à reconstruire. Et, au paravant, à déconstruire! 

Le mouvement des GJ possède un impact incommensurable, celui d’avoir déchiré le rideau opaque derrière lequel se jouait le jeu du pouvoir dirigeant. Là, dans un entre-soi consanguin des auto proclamées élites formées dans les trois ou quatre "grandes écoles", tout se décidait à l’abri des regards trop investigateurs. Et les "spectateurs" (ceux qui étaient de l’autre côté du rideau mais qui avaient payé leur place) s’imaginaient, bon gré mal gré, que tout cela reflétait la raison, l’obligation, l’intérêt supérieur… Ils avaient foi en une démocratie qui "sélectionnait" électoralement ceux qui méritaient de diriger le pays durant, au moins, un mandat.

Avec la déchirure des GJ, en quelques semaines, sont apparus au grand jour les traficotages, les hésitations, les mensonges, les pré bandes, les incompétences,… d’une ploutocratie alliée à une technostructure. Le désastreux déroulement de l’enquête parlementaire sur l’affaire Benalla, les atermoiements relatifs à la taxation des carburants, les piètres justifications du départ de Hulot et de Collomb,… mettent cette ploutostructure à nu. Ploutostructure qui faute d’argument, faute de capacité négociatrice, choisit la violence de la répression et la critique systématique des "autres".

Alors on convoque une grande controverse à l’instar de celle que tint l’église catholique à Valladolid. Les  puissants doctes macroniens inspectent les indigènes des périphéries subissant les avis méprisants des fringants En Marche, défendus par les RM et FI aux propos commiséreux, le tout essentiellement par mode épistolaire (le Grand débat). Comme en Espagne, on parle âme mais on pense fric (exploiter le travail les sans âmes).


Comment trouver une issue viable à ces deux blocs qui se haïssent un peu plus de déclarations malvenues en déclarations méprisantes, de samedi en samedi?

Une sortie "en douceur" dont rêve le pouvoir me parait exclue car elle aurait supposé un pacte avec les syndicats et autres corps intermédiaires (comme en 1968). Les premiers ont été mis sur la touche symboliquement (non recours à eux pour tenter d’amortir la révolte) et concrètement (les GJ ont obtenu en cassant plus qu’eux en négociant). De même les maires,  appelés in fine à la rescousse alors qu’ils ont été "mal" traités dans les réformes fiscales et méprisés quant à leur revendications, ne semblent pas aptes à aider (hormis ceux affiliés à la REM). Le "Grand débat" foirera car il vient trop tard et s’avère pipé dès le départ en imposant un cadre excluant des thèmes en contentieux. Au mieux il débouchera sur un fatras d’idées, toutes intéressantes, mais impossibles à synthétiser dans un canevas homogène de régulation, sauf à manipuler les revendications jusqu’à les pervertir. Ce qui serait pire a posteriori en confortant à l’évidence l’idée de trahison des dirigeants élus et deviendrait lourde de désillusions potentielles.****

La violence qui peu à peu s’installe comme fruit de l’impasse communicationnel s’avère inquiétante. Je ne peux m’empêcher d’évoquer le syndrome de Montredon (1976) au paroxysme du conflit entre l’État et les viticulteurs. Comme à Montredon, comme à Alger, rue d’Isly (1962), il suffirait qu’un inconscient déclenche le feu pour qu’il y ait des morts.

La voie de la dissolution serait la plus sage, coupant court aux revendications quelles quelles soient. Elle nécessiterait seulement un réel courage de la macronie qui, eu égard à la dispersion partisane actuelle, ré obtiendrait sans doute une majorité, cette fois plus légitime. Parfois, le pêcheur adepte de la "trébouline"***** doit en remettre une couche pour faire bonne mesure!

Mais l’échéance européenne brouille le calendrier élyséen en mélangeant des enjeux plus ou moins différents quoique tout aussi importants.

Néanmoins, quoiqu’il advienne, l’épisode aura contribué à faire tomber les masques de la ploutostructure résultant d’un système démocratique proche du régime présidentiel (la Vème République actuelle) et une haute administration prédatrice. Une crise de la représentation politique s’est ouverte fondée par six raisons:

▪ l’impuissance croissante de la politique face à une mondialisation qui échappe à leur contrôle et qui semblent profiter surtout aux plus favorisés ;

▪ l’abandon des classes populaires par les (grands) partis au profit des classes moyennes ;

▪ le doute sur la neutralité politique et l’infaillibilité des experts et des scientifiques ;

▪ la perte de crédit de la technocratie, dont l’inertie et les pesanteurs apparaissent de plus en plus inutiles ;

▪ l’absence d’idéal politique dans l’action collective illustré par la "trahison" facile de beaucoup d’hommes politiques passant, sans sourciller, d’appartenance affirmée à des partis, à la macronie (Philippe, Lemaire, Darmanin, Dussopt, de Rugy,…), le fameux "en même temps";

▪ la professionnalisation et l’élitisme de la classe politique, qui apparaît comme clanique et isolée du reste de la société, soucieuse avant tout de sa propre reproduction.

Une recherche de démocratie plus participative s’impose donc comme une priorité, en réclamant, là encore, un large débat ouvert et lucide.

Le chantier s’avère énorme, complexe, exigeant un irénisme qui pour l’instant n’est pas de mise. Et bientôt va s’ajouter la couche encore plus problématique de l’Europe! 2019 risque de devenir une année historique… sans savoir si ce sera en bien ou en mal. 

 

** c’est à dire porteur d’austérité
*** On pourrait dire la même chose du droit.
**** Le RIC pose, lui, un problème de fond et on ne peut le traiter en quelques phrases. Pour ma part je le crois un mauvais outil juridique, politique et sociétal.
***** voir notes précédentes "La trébouline" 30/05/2017