Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

07/03/2012

LA DICTATURE DES COMPTABLES

Après le monologue sarkozien sur les beautés teutonnes nous avons eu des dialogues de comptable lors du « débat » Fillon/Aubry et les autres rendez-vous télévisés suivants. Puis est arrivé le taux de 75% qui a mobilisé les controverses. Puis… Un torrent de chiffres de statistiques, d’affirmations martelées sur la foi de tel ou tel calcul. Un désastre ! Sauf pour les affidés de droite ou de gauche qui en auront retiré… ce qu’ils pensaient déjà !

A mon époque, lorsque nous débutions en sciences économiques, on nous apprenait AVANT TOUT à se méfier des statistiques et plus encore de la comptabilité. Les deux  s’avéraient des armes perfides pour circonvenir le quidam béat devant le diktat du chiffrage. Surtout, nous disait-on, ne vous laissez pas assimiler ou confondre avec ces manieurs de bonneteau quantitatifs en cravate !

Or nous sommes en pleine dictature des comptables ! En Italie, en Grèce, au Portugal, à Bruxelles,… ils règnent sur l’avenir des peuples. En France le débat UMP/ Socialistes vire à la bataille de chiffres mélangeant les dates (avant…, en septembre, après les élections,…), les milliards de ceci ou cela, les pourcentages d’à peu près tout, les écarts de choux et de carottes,… !

Pas un mot sur le bonheur, sur l’avenir, sur le plaisir, sur la santé, sur la qualité de vie, ou si peu. Sinon, le mariage homosexuel, la parité, l’abattage hallal, le sort de « ceux qui sont riches à millions », la fuite des footeux, la modernité des religions,… tout ceci reste tout de même marginal quant au « modèle de société » que nous aimerions voir défendu par les hérauts de tous bords ! Sitôt que quelqu’un avance une idée, bonne ou mauvaise, on oppose le bouclier logique « Combien ça va coûter ? » et « D’où viendra l’argent ? ». Et pire, lorsque l’interrogé répond, on ironise sur son évaluation. C’est désolant ! On ne débat plus sur ce qui peut être prioritaire à faire ou à conserver mais sur des coûts et des financements. Et les quidams qui n’ont pas de bagage économique, se laissent convaincre que la chose est dispendieuse, inopportune en temps de crise, en période d’endettement. Mélenchon* s’avère à peu près le seul à refuser d’entrer dans cette logique strictement comptable et il à bien raison !

Il a évoqué un point fondamental (et illustratif) dans cette guerre d’apparence comptable. Un prêt fait par la BCE aux banques privées sur trois ans, d'un montant illimité, très bon marché, à un taux d'intérêt de 1%. Lesdites banques ont ainsi emprunté 489 milliards d'euros en catimini. Quand on rapproche cette embellie faite à des organismes privés des 350 milliards d'euros de la dette totale Grecque on peut voir que l’épouvantail des milliards d’euros peut être manié dans un sens ou dans un autre. D’un côté des Grecs certes laxistes mais qui sont voués aux gémonies comme d’ignobles voleurs, de l’autre les banques qui ont permis la crise des subprimes et flambé le fric des déposants dans la spéculation, renflouées sans coup férir, sans la moindre garantie. Je n’ose pas évoquer le fait que lesdites banques vont sans doute prêter aux pays endettés à 8 à 10% le fric emprunté à 1%. Ne vous y trompez pas, je n’absous pas la Grèce. Simplement je veux montrer que les épouvantails de milliards brandis dans les médias bien pensants libéraux pour discréditer ceux qui ne pensent pas comme eux relèvent de la manipulation. Ceux qui s’émeuvent de l’agonie des vaches (tiens, on en a oublié la corrida !) n’ont pas la même compassion pour les grecs de base qui crèvent, de plan d’austérité en plan d’économies.Number.jpg

Il faut aussi sortir de cette impasse intellectuelle vendue par la presse que l’État ne peut plus emprunter. Cela nous projette un siècle en arrière quand nos aïeux économisaient sou après sou pour investir (maison ou tracteur). Ou, même trois siècles, si on se réfère à l’interdiction du prêt d’argent par l’église catholique ! Il faut simplement revenir à l’emprunt « rentable » comme disait Alain Cotta, c’est à dire celui permettant un investissement dont le revenu actualisé dépassera le coût initial. Il faut aussi « concentrer le tir » de cet investissement, soit à l’affecter prioritairement sur des secteurs sélectionnés de façon pertinente. Selon un plan quinquennal strict. On peut encore évoquer l’effet de levier (financier) qui est l’impact positif sur la rentabilité financière d'un recours plus ou moins important à l'endettement, à partir d'une rentabilité économique donnée. En d’autres termes, dans un certain nombre de cas, il est plus rentable d’emprunter que non. L’effet boomerang (en anglais deleveraging) apparaît lorsque les acteurs économiques (ménages, investisseurs, États), s’étant auparavant endettés pour bénéficier de cet l’effet de levier, ne peuvent plus supporter la charge de leur dette car leur solvabilité se réduit à cause de la contraction de l’activité économique (austérité).  

Tout cela s’avère un peu (beaucoup) technique mais ne saurait être passé sous silence. Faire de l’économie c’est bien, mais au delà de la statistique et de la comptabilité.

 Alors, de grâce messieurs les candidats, ne nous aspergez pas de chiffres et de pourcentages qui ne représentent pas des arguments, encore moins des preuves pour masquer CE que vous préconisez d’important et CEUX que vous privilégiez. Notre économie occidentale financiarisée est létale pour la majorité d’entre nous. Sa critique est la condition préalable de toute critique sociale. Mais ce n’est qu‘un préalable, parce que, une fois désenvoûtés, un monde humain reste à reconstruire, dans les interstices et sur les ruines de la dévastation. (Groupe Marcuse. De la misère humaine en milieu publicitaire. Comment le monde se meurt de notre mode de vie. Ed La découverte. 2004).

Voilà ce qui devrait constituer le cœur du débat !!

*et bien sûr Poutou

Les commentaires sont fermés.