compteurs visiteurs gratuits

Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

05/09/2019

AH! LA VÉRITÉ!

235612_image.jpgAh, la vérité! Les dirigeants nous assènent en continu ce qui est vrai et doit être suivi, et ce qui est faux et doit être condamné. Comme si ces gens détenaient la vérité pure et dure. Qu'ils constituaient le "camp du Bien". Les religieux (prêtres ou prosélytes) faisaient œuvre de détenteurs majeurs de ce produit "En vérité, je vous le dit…". Puis les politiques s'y sont mis, puis les professeurs-experts, puis tout le monde… Ce faisant on généralise le principe d'exclusion: celui qui n'est pas de ma religion, de mon pays, de mon parti, de mon avis,… est un imbécile condamnable. Les clans se forment autour de ces croyances transformées en vérité, et les clans s'affrontent pour faire taire ce qu'ils considèrent l'anti-vérité., Allant parfois jusqu'au LBD, voire la kalachnikov en guise d'arguments ! Et les quidams s'y sont mis! Puisant dans des réseaux sociaux qui pensent à leur goût, fustigeant les autres avis, d'où qu'ils viennent, ils s'enferment dans des micro mondes sectaires, incapables de la moindre concession, fut-elle créative. Le débat, s'il existe, est gouverné par une logique d’exclusion qui repose elle-même sur la disqualification de celui qui pourrait vous contredire.
 
Ces derniers jours, dans l'émission Rembob'INA, où Anne Sinclair interrogeait P. Mendes France, on pouvait entendre un homme qui faisait l'inverse, c'est-à-dire expliquait modestement les décisions prises, les circonstanciait, justement pour leur ôter ce parfum vénéneux de vérité implacable. Mendes a inventé "le parler vrai" repris ensuite par Michel Rocard. Parler vrai, ne consiste pas à asséner des Vérités qui n'en sont pas, mais tenter de ne pas travestir la réalité en l'analysant. La même Anne Sinclair disait en parlant de ce dernier: "Il chérissait la vérité, même si elle était à contre-courant, il vénérait la franchise, même quand elle coûtait cher, il  pensait sans biaiser, il a eu souvent raison. Il fut peut-être le dernier de cette lignée". Voilà sans doute un bon résumé de l'affaire!
Pierre Bourdieu, lui, disait "Il est infiniment plus facile de prendre position pour ou contre une idée, une valeur, une personne, une institution ou une situation, que d'analyser ce qu'elle est en vérité, dans tout sa complexité.".
Cela m'a frappé notamment au moment où on voyait un Macron s'affronter avec un Bolsonaro en assénant des arguments qui ne pouvaient satisfaire que leurs affidés, arguments portant sur un problème pourtant majeur: la forêt amazonienne.
Prendre position contre Bolsonaro (même si ce n'est pas la fleur de la politique internationale) en tant que seul responsable-brûleur de la jungle, ce qui représente un début de vérité, devient un mensonge si l'on ne relativise pas avec qui, quoi, comment, pourquoi! Soit toute la complexité de la chose.
Affirmer aussi que seul le néo-libéralisme recouvre une vérité, conduit à un mensonge. En effet pourquoi l'inflation reste atone alors que l'on a déversé des milliards de liquidité après la crise de 2008? Les taux d'intérêt sont au plus bas, pourquoi les ménages épargnent-ils encore?... Dis Friedman pourquoi tu tousses? En fait, il n'y a pas de vérité intangible en économie. En économie, le parler vrai c'est, disait Raymond Barre, "Dans ce domaine, il n'existe pas une bonne décision et une mauvaise. Il y a une décision à laquelle une majorité d'individus croient et qui va réussir, et une qui, théoriquement est parfaite, mais à laquelle personne ne croit et qui va échouer".
Nous évoluons à la fois dans une culture-vérité qui est la volonté de remplacer les différentes opinions par une opinion unique que l'on a choisie comme la référence. C'est un intégrisme, c’est-à-dire refus de la diversité, et par définition, de l'Autre.  Et, en même temps, on assiste à une fabrication massive et consciente de fausses vérités (Fake News) qui brouillent en permanence la lecture et l'analyse du Monde. Bernard Stiegler avance la thèse intéressante comme quoi la Vérité serait un horizon certes inatteignable, mais qu'il serait crucial de toujours chercher à atteindre. L'enjeu ne serait plus de croire en elle, mais juste d'essayer de s'en rapprocher par les chemins du langage, du débat et de l'honnêteté intellectuelle, autant raisonnés que poétiques. Sous ce prisme, les fake news pourraient être perçues comme les révélateurs d'une information subjective par essence, dont il conviendrait de douter de la véracité avant de s'en nourrir ou non. Et apparaître ainsi comme des vaccins contre l'impérialisme de la vérité révélée.
Dès maintenant, considérez toute affirmation comme potentiellement fausse, cela vous fera avancer vers un début de vérité!

Commentaires

Meme la verite du reboussie.

Écrit par : Burrocalvo | 06/09/2019

Mon ambition reste de susciter le débat en prenant le contre pied des discours convenus.
Comme un reboussié! J'essaie de n'être prosélyte d'aucune vérité. Même enseignant j'essayais de privilégier le "doute actif" plutôt que les certitudes. Et plus je vieillis, plus les morceaux de croyances que je possédais encore se diluent dans l'acide de l'actualité (tiens! c'est joli, ça!).
Alors, si je me trompe à l'issue d'une analyse il faut ouvrir ledit débat comme le fait Burrocalvo... du bout des lèvres. En imaginant que la note représente la muleta maniée "a gusto" dans l'espoir d'une belle faena.

Écrit par : REBOUSSIE | 07/09/2019

Écrire un commentaire