Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

06/09/2011

INCREDIBLE

Incrédible, anglicisme certes, mais qui sémantiquement me convient bien !


Incrédibles les hommes politiques (je parle avant tout de ceux qui nous gouvernent ou aspirent à le faire), selon la définition : personnes  à qui on de fait pas crédit. Avez-vous remarqué que lesdits puissants n’arrivent plus à emprunter sur les marchés ? Que d’ Obama aux Grecs, en passant par Zapatero, Sarko et cie, ils ne font plus recette dans le palmarès des agences de notation ? Plus personne ne veut de bonds du trésor américain au delà de cinq ans. Ne parlons pas des japonais !
Incrédibles parce qu’ils se voilent la face et nous mettent un nuage de fumée face au tsunami bancaire qui dérive vers un crash annoncé. Inlassablement, au mépris de toute objectivité, ils nous servent des balivernes destinées à prolonger «le repas des fauves». Tout va très bien madame la marquise, tout va trèèès bien ! Toutefois il faut que je vous dise, un petit rien, une bêtise, la déroute du système monétaire international !
incrédi.jpgIncrédibles parce qu’on ne peut plus les croire ces producteurs de promesses non tenues au mieux, de mensonges au pire. Ces hommes et femmes qui devraient être « limpios » et dont on découvre jour après jour les faiblesses et les perversités (DSK, Tron, Sarko, el cavalière, Lagarde, Moubarak, Ben Ali,…). Incrédibles parce qu’ils est évident qu’ils font passer leur intérêt  partisan (egocentrique, famille, clan, parti,…) avant l’intérêt majoritaire (général étant une utopie). Idem pour leurs oppositions qui aspirent davantage à se vautrer dans les délices du pouvoir qu’à sauver  les meubles. Chacun joue son va tout pour rester aux manettes des privilèges et des rémunérations afférentes, ou pour s’en saisir. Voir l’opposition à Obama qui se fout de faire baisser la note des USA pourvu que Barack soit dans la mouise. Ils disent tous faire de l’économie incontestable, ma bonne dame ! En fait, en réalité réelle, ils font de la politique petits bras. Incrédible, je vous dis !
Savez-vous le pays qui marche le mieux dans ce bal des faux culs ? La Belgique ! La Belgique cible des plaisantins et des farceurs qui n’a plus de gouvernement depuis belle lurette (un an !). Grâce à cette vacance, les pseudo dirigeants ne se sentent pas la légitimité d’exécutifs pour entreprendre de grands chambardements. Dès lors, l’économie est libérée des oukases partisans et peut s’exprimer dans sa logique la plus efficace. La Belgique, s’avère donc la vitrine du libéralisme clean, c’est à dire débarrassé de ceux qui le prennent en otage pour s’autoprivilégier, voire s’autogaver ! Car il faut insister, les mêmes qui prônent la main (invisible) sur le cœur le libéralisme-roi, ne font que l’exploiter pour se voter des règles et lois favorables, pour empêcher « les autres » de profiter (un peu !) des délices du fric public (c’est à dire des gogos qui contribuent plein pot). Le libéralisme alibi est devenu incrédible !
Incrédible celui croit effarer le quidam en parlant de «règle d’or» inscrite dans le marbre  de la constitution comme talisman anti-dette. La plus extrême certitude mensongère se confond ainsi avec le plus extrême aveuglement. Ne participe-t-on pas alors à un enchaînement aveugle qui détruit deux liens essentiels : le lien social en tant que fondement de l’animalité politique et le lien à la nature en tant que condition de la vie ? (Yves COSSIC. Théorie du mensonge)
Incrédible la supplique faite à la croissance à l’UMP et au PS. «On ne peut plus compter sur la croissance. Si nous ne changeons pas radicalement de politique, le plus probable est que nous allons vers une nouvelle récession» dit Pierre Larrouturou*, car la croissance n’est plus synonyme de croissance des emplois (hormis précaires et petits boulots).
Alors, parce que nous avons atteint un niveau de chômage, de précarité et d'inégalités de revenus scandaleux, il conviendrait d’aligner des propos économiquement cohérents et politiquement humanistes. L’élection présidentielle, si elle a un intérêt, devrait entamer un véritable tsunami intellectuel sur l’avenir sociétal de l’Europe. Sans tabous !


Sauf qu’il n’y a pas beaucoup d’alternatives crédibles. La crise colle comme un mauvais chewing gum aux semelles des acteurs. Le crash n’est pas loin et les candidats lancent des fumigènes afin de masquer l’inévitable. Le bouclier de la crise, de la dette, de la sécurité annihile le débat en le falsifiant.
Même si rien n’est sûr, hormis le pire, il faut être en chemin, dans la nuit, muni d'une lanterne toujours réanimée .

*Pierre Larrouturou .« Pour éviter le Krach Ultime ». Editions Nova. 2011.  A lire absolument pour sortir des fausses banalités servies quotidiennement en économie. Ou, pour un résumé, http://www.20minutes.fr/article/735353/interviewe-pierre-larrouturou-auteur-pour-eviter-krach-ultime

Les commentaires sont fermés.