Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

15/04/2012

LES POLITIQUES DU 6ème ÉTAGE

Je vais vous parler de l'émission « Des paroles et des Actes » de jeudi soir qui m’a complètement écœuré. L’équipe de Pieds-Nickelés qui étaient à la manœuvre comprenaient, comme toujours, l’ineffable Pujadas, le ramasset (homme près du sol, en occitan) à qui l’on prépare les questions mais aussi les réponses et qui se noie piteusement sitôt qu’il s’en écarte. Je crois que cet homme ne réussirait pas un oral de BTS. Ensuite le souffreteux Damien Namias tellement transparent qu'il a voulu exister en posant la question qui a fâché le président ! Namias atteint la performance rare de faire regretter Arlette Chabot. Il faut le faire ! Puis, Closco-pelat (crane pelé en occitan), le désormais incontournable pédagogue tartuffe du graphe fallacieux.  Celui qui joue le rôle de l’avocat commis d’office du brigand (libéralisme financier) dont tout le monde connaît les méfaits. Ensuite Nathalie Saint-Criq,  DCP (Dior Chanel Prada), pour qui la rue du Ranelagh est déjà en banlieue et Maubert Mutualité déjà la France profonde. Mme Jouan qui essaie de faire à peu près correctement son métier malgré les quolibets de ses collègues. Enfin, le summun du ridicule, Franz Olivier Giesbert, FOG, que je préfère appeler Frog étant donnée sa ressemblance de plus en plus prononcée avec un  batracien et qui, eu égard à son incommensurable orgueil, va finir comme la grenouille de la fable, en fumant la moquette.

Cette fine équipe a décidé de mépriser les « petits candidats » ! Mais comment le CSA nous fait perdre notre temps avec ces hurluberlus (Frog ) ! Nous qui sommes de la catégorie Ducasse on nous fait goûter de la cuisine ménagère (Poutou), du ragoût roboratif de papa (Marine Le Pen), des plats exotiques trop épicés (Nathalie Arthaud), des trucs moléculaires (Cheminade), des préparations bien présentées mais dont les ingrédients sont frelatés et « nous font froid dans le dos » (Melanchon). Mais comment ose-t-on !! Il serait plus convenable de nous laisser choisir les candidats ! Tiens, par exemple le petit Hulot (Frog encore) avec qui je dîne souvent au Ritz d’une salade d’épinard au lard, beaucoup plus propre sur lui que la scandinave. La sardinade oui, mais de temps à autre et fashion, quand je descend chez Ines de la Fressange dans le Luberon.…

Quelle honte ! Quel mépris ! Mais qui êtes-vous pour juger si violemment des hommes et des femmes qui représentent l’expression démocratique ? Qui êtes vous, Frog, pour traiter un ouvrier infiniment respectable de baba-cool, vous qui trainez dans tous les pince fesses parigots ? « Il confond les chiffres, Ah ! Ah ! le nul ! ». Quand il s’agit de NKM qui se vautre sur le ticket de métro il s’agit à peine d’une méprise. « Il ne connaît pas les dossiers ». Quand c’est Nicolas Sarkozy qui s’invente un voyage fictif à Fukushima il s’agit d’une parabole…

Suivent quelques exemples de la chasse aux politiques du 6ème étage, en référence au film de Le Guay et Lucchini, les journaleux affichant le même dédain que les petits bourgeois étriqués à l’égard des bonnes espagnoles en soupente.carton-rouge.jpg

Jacques Cheminade d’abord. Un homme qui n’a pas à être jugé là, étant entendu qu’il a obtenu les 500 signatures demandées validées par le conseil constitutionnel lequel n’a pas trouvé à redire à sa vie ni à son curriculum vitae. Pourquoi donc tant de haine vis-à-vis de quelqu'un qui est sorti de HEC, qui a fait l’ENA et qui a été dans la haute hiérarchie de l’administration française ? Si ces messieurs dames journaleux ont des choses à reprocher il faut attaquer le Conseil Constitutionnel. Parce que, dans le cadre de cette émission ils ont été ridicules. Rien de ce qu’a dit Cheminade n’était faux ou idiot*. Discutable certes, mais pas bête du tout, je l’affirme. Je signale que ce monsieur est certainement l’un des premiers à avoir annoncé l’ampleur de la crise financière alors que tous les experts en cour raillaient les « Cassandres ». Concernant la dérision des projets spatiaux ensuite, rappelons à Closco-pelat que la NASA a généré des centaines d’inventions majeures, que la Russie en a fait de même avec les programmes Spoutnik et Souyouz, que la fusée Ariane existe bien…  L’acharnement à citer Larouche était déplacé dans sa violence après que Cheminade est dit « Lui c’est lui et moi c’est moi ». Le souffreteux ne s’est pas grandi en affichant la photo d'Obama affublé d'une moustache hitlérienne.

Vis à vis de Nathalie Arthaud, le mépris s’est manifesté avec autant de force. La candidate du NPA, avec ferveur et conviction, a défendu une thèse. Pourquoi faire comme si le corpus marxiste était complètement fou, détestable ? Cela m’a rappelé l’époque où Marx était un gros mot dans les facs de droit et un blasphème dans les écoles de commerce. Ce discours s’avère totalement admissible et l’on a le droit de le défendre. Alors la violence évoquée par DCP vis à vis des chefs d’entreprises niait la violence duale subie par les travailleurs et les chômeurs. Simplement on doit débattre ce que ne savent plus faire ces journaleux. A l’évidence Rosa Luxembourg, Hannah Arendt,… leur étaient totalement inconnues. Sauf que la révolution sociale évoquée par la candidate surgira peut être plus vite qu’ils ne croient (cf les Indignados). Un moment d’anthologie a consisté à la moue dégoûtée de DCP demandant à Mme Arthaud - qui je le rappelle est agrégée d’économie - si elle enseignait ÇA à ses élèves ! Jésus, Marie, Joseph quelle honte, quel blasphème, pervertir nos anges, ma chère ! Que fait la police ? Et Frog qui ricanait, et le ramasset qui prenait sa mine déconfite ! Pourquoi enfin la stigmatiser sournoisement sur la valeur sémantique du terme camp de concentration concernant Gaza? Là encore on peut débattre sereinement, sans occulter Rivesaltes, Argelès et autres**.

Enfin, vint Melenchon. Il coupa l’herbe sous les graphiques tendancieux de Closco-pelat. Il effraya Pujadas qui se tint coi. Il osa même interpeller Lenglet sur ses dires. « Alors là c’est pas du jeu ! Ici c’est nous qui posons les questions », lui fut-il répondu, comme dans un policier de série C.

Je ne parlerai pas des « Gros » candidats ! Frog a tout dit : l’excellentissime Sarkozy et Hollande, l’aigle des Asturies planant sur l’élection.  Et le béarnais réduit à être la tare qui fera pencher le fléau de la balance.

S’il fallait descendre au (ca)niveau de ces journaleux, on pourrait rappeler qu’ils sont tous sous diplômés (hormis vis à vis de Poutou) pour s’ériger en jurés experts. Que Closco-pelat est historien et non économiste. Pas plus de ces dames, pas plus que Franz, juriste ; Seul Pujadas possède une modeste licence d’économie. Comme jury d’agrégation on fait mieux ! Il reste donc un cercle parisianiste de valets de plumes, inféodés aux pouvoirs, comme on en voit en permanence à C dans l’air ou autres Mots croisés.

De plus en plus, je vais me consacrer à « Ce soir ou jamais », à Arte pour la culture et à Petitrenaud pour la convivialité sans prétention.

Je ne résiste pas pour rincer la tête de la boue  précédente de vous mettre un petit coup de René Char. « La sagesse est de ne pas s'agglomérer, mais, dans la création et dans la nature communes, de trouver notre nombre, notre réciprocité, nos différences, notre passage, notre vérité, et ce peu de désespoir qui en est l'aiguillon et le mouvant brouillard. » Les Matinaux - La parole en archipel.

* il a même évoqué justement la dette odieuse sujet de notre précédente note.

** Le terme camp de concentration désigne un lieu d'emprisonnement, où, en général, les internés étaient détenus dans des conditions très dures et sans aucune protection légale ou juridique. Voir Farcy Jean-Claude. Les camps de concentration français de la première guerre mondiale (1914-1920). Revue d'histoire, Année 1997, Volume 54, Numéro 1

 

 

Commentaires

Excellent ! je fais suivre...

Écrit par : collignon | 15/04/2012

Les commentaires sont fermés.