Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

11/01/2013

LE JEU COMPLEXE DES ENCLOSURES

La tendance globalisante de la mondialisation actuelle induit, partout, une dynamique des enclosures. Pour faire clair, une enclosure c’est ce qui permet de faire passer quelque chose du statut collectif d’usage (ouvert) à un statut appropriatif (fermé, privé) en l’enserrant dans des frontières. Le but de cette frontière marquant une appropriation reste pour l’ayant droit d’en profiter ou d’en vendre l’usage, ce qui revient à peu près au même. Ce clivage crée, en conséquence deux classes d’acteurs : les possédants et les non possédants, trois classes économiques : les capitalistes rentiers (qui exploitent l’enclosure), les capitalistes «aventuriers» (qui tentent de se créer une nouvelle enclosure différentielle) (Weber) et les consommateurs (qui doivent acheter le droit d’usage) et deux catégories socio économiques : les résidents et les footlose*. Pour ce dernier clivage il concerne ceux  qui pour diverses raisons sont ancrés territorialement  par rapport à ceux qui peuvent aller partout sans difficulté (les depardioux).Enclos.jpg

Cela implique une forme de domination, de contrainte sur l’activité économique qui se propage dans le tissu sociétal puisque l’économie est «enchâssées» dans les institutions et des rapports sociaux. En Angleterre où ce concept fut inventé, les prairies collectives permettaient à tous de faire paître les moutons. Vinrent les enclosures qui permirent soit de monnayer le droit de pâture soit de permettre à ses seuls ovins de s’y restaurer. L’exemple actuel le plus frappant peut se trouver dans le financement de l’action publique qui est passé de collectif (via le trésor public) à privé (via les banques). Toute la stratégie de pouvoir (économique, financier, politique, idéologique, culturel,..) consiste donc à  revendiquer une enclosure spécifique et de s’y constituer une rente durable. Evidemment on ne cherche à mettre des barrières qu’autour d’un espace de richesses (via la dotation, la situation, le potentiel,…). Evidemment ces tentatives se concurrencent et créent, en se heurtant, des conflits. Les uns tentent une enclosure européenne, les autres, une enclosure française, espagnole,… Les uns revendiquent une enclosure espagnole, les autres recherchent une enclosure catalane plus apte à exploiter « leur » rente. Les américains créent des enclosures stratégiques, les russes des enclosures protégeant leurs débouchés énergétiques,**… La géopolitique peut (et doit) se lire selon cette grille. En conséquence de ces enclosures, les acteurs soit subissent les contraintes de l’ancrage territorial, soit ils optimisent leur «identité résidentielle». Ainsi un fonctionnaire est tenu de résider de façon permanente dans un cercle d’une vingtaine de kilomètres maximum autour de son lieu d’affectation. Un depardiou, lui, peut se «poser» à peu près où il le désire, voire sur une plateforme off shore !

Le mécanisme sous jacent à ce ballet, s’appelle bien sûr profit (encore une fois financier, domination, conversion,…) et/ou régulation. Un enclosure, quelle quelle soit, se représente par un système. Ledit système revêt un niveau de complexité (variété) qui rend sa maîtrise (régulation) plus ou moins hasardeuse et qui fixe dialectiquement le niveau d’enclosure efficace (en terme de repérage et en terme de filtrage). Le libéralisme donne une réponse «facile» en proclamant que les choses arrivent toujours à s’autoréguler, mais on sait bien qu’il n’en est rien ! Les crises successives qui émaillent l’histoire récente l’attestent à l’envi. Les États et institutions (entreprises, fédérations, organisations, mafias,…) maîtres des enclosures systémiques cherchent donc dans l’extension ou la réduction, le bon niveau, apte à rendre la régulation efficace pour une espérance de profit donnée. C’est la logique soit de l’impérialisme (expansion), soit du régionalisme (réduction). Il s’en suit des controverses sans fin quant à ce degré car il ne représente qu’un objectif « suffisant » et non maximal selon le principe d’Herbert Simon. Vaut-il mieux fractionner la droite en deux, ou la conserver en un seul bloc ? Vaut-il mieux fractionner les espaces fiscaux pour prélever les rentes de situation ou, au contraire, homogénéiser dans un grand espace pour maximiser l’effet d’échelle ?

Le monde est donc confronté à ces conflits d’enclosures opposant sans cesse ceux des États (et dirigeants afférents) qui aspirent à de plus larges entités (privilégiant plus le profit que la régulation) et ceux qui voudraient revenir à des systèmes plus étroits donc plus maîtrisables. Il faudrait que les premiers dotent leurs mandants soit de capacités cognitives plus évoluées pour mieux se mouvoir dans cet univers hypercomplexe, soit d’une capacité d’allégeance telle qu’ils confient sans sourciller le pilotage à des «experts» plus ou moins auto désignés. Les seconds doivent assumer la gestion d’une rente plus limitée en quantité et en durée. Une fois posée, la réalité devient un jeu d’optimisation pour les acteurs footlose, une contrainte pour les résidents ancrés.

Le paradoxe réside dans l’espoir entretenu par tous de cumuler les deux avantages sans les inconvénients. Les mondialistes font l’impasse sur la régulabilité de leur système-monde et voudraient que les acteurs se conforment à des moutons de Panurge dociles.  Dès lors, les déséquilibres monétaires grandissants, les taux de chômage inquiétants, les différentiels de fiscalité, les aléas écologiques implacables, sont considérés comme des ingrédients nécessaires à la croissance…. de leur profit. Côté social, la standardisation des valeurs, la banalisation des idées, l’unification culturelle deviennent autant de conséquences (forcément admises) de l’extension de la rente. Les nationalistes, eux,  occultent les limitations économiques dirimantes et donc les sacrifices qu’il faut assumer comme prix de la meilleure maîtrise de leur système. Ils doivent également accepter l’idée d’une épée de Damoclès constituée par l’ambition hégémonique des systèmes concurrents ou simplement avoisinants***.

Tout cela ne souffre pas de contradiction. Pour y survivre lucidement il s’avère nécessaire de prôner une culture systémique solide apte à saisir les enjeux, les variables d’action, les variables essentielles,… toutes choses que la méthode cartésienne nous a tu et continue à taire à nos générations en formation.

* être libre comme l'air
* La politique obéit aussi à cette logique : Borloo crée l’enclosure UDI pour tenter d’exploiter la rente centriste.
*** par exemple, les sociétés traditionnelles africaines n’ont pas résisté à l’impérialisme des systèmes modernes européens.

 

Les commentaires sont fermés.