Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

14/10/2014

NOUVEAUX EXPLORATEURS DE GALERE ORDINAIRE

Les émissions télé qui nous proposent la thématique de personnalités allant voir comment ça se passe ailleurs, sont légion. Ainsi, "Les nouveaux explorateurs", "La tournée des popotes", "Rendez-vous en terre inconnue", "Bienvenue dans ma tribu", voire "L'amour est dans le pré"…. tentent de faire mieux connaître un mode de vie différent par immersion. En effet, pour se faire une idée précise de la Chine (de la Laponie, de la Syrie, du Bénin,…..) il faut vivre la bas un mois, au moins, au plus près des populations.

Comment faire le moindre crédit à un individu qui pérorerait sur les pygmées sans avoir jamais mis le pied en Afrique?

En transposant en politique, comment croire compétent quelqu'un qui parle d'agriculture sans avoir tenu une bêche, trait une vache ou taillé une vigne? Qui parle de handicap sans avoir passé quelques semaines sur un fauteuil roulant?... Vous m'allez dire que je fais du populisme, de la démagogie, voire du poujadisme, et que ce genre de propos s'avère facile. Vous m'allez objecter qu'il faut de l'intelligence, le sens du commandement, un certain don de soi,… pour "faire ministre". Qu'il y a des experts pour conseiller… Oui, certes, mais je reste dubitatif sur l'aptitude à piloter un bateau lorsqu'on n'est jamais allé à la mer, ou de parler de la misère lorsque l'on n'a jamais franchi les limites des beaux quartiers.

Tenez, le nouveau ministre de l'économie: Emmanuel Macron. Son père, professeur de neurologie, sa mère médecin conseil, études chez les jésuites à Amiens, puis à Henry IV, cet habitus culturel ne l'a certainement pas beaucoup confronté aux petits maghrébins, aux copains béninois, aux raviolis chevalins, à la misère et au chômage. Ensuite l'ENA, la banque Rothschild,  la fortune (« il négocie un deal à 9 milliards d’euros qui lui permet illico de devenir millionnaire. » Libération, 17 octobre 2012)… Je ne lui en veux pas de son parcours doré – Léon Blum n'était pas né dans les corons! – mais je reste fortement bourdieusien en tenant l'habitus pour essentiel. Je vous ai déjà souvent entretenu de ce concept recouvrant "l'ensemble de dispositions durables, acquises, qui consiste en catégories d’appréciation et de jugement engendrant des pratiques sociales ajustées auxdites dispositions. Acquis au cours de la prime éducation et des premières expériences sociales, l’habitus résulte aussi d’une incorporation progressive de l'agi social ".

Un concept qui colle parfaitement à l'erreur de casting que constitue, pour un gouvernement qui se veut encore socialiste, ce banquier d'extraction bourgeoise. Ce garçon ne fait pas exprès (du moins je l'espère!) de traiter les petites gens d'illettrés ou de vouloir s'attaquer aux acquis sociaux, il possède par nature un regard et un vécu qui joue comme un filtre d'analyse. Pour lui, l'important c'est le déficit comme la rose l'était pour Bécaud. Comme pour les pseudos économistes que Calvi chouchoute dans son émission. Pas un jour sans que ne soient évoqués le déficit budgétaire, la dette et sa conséquence inéluctable, si on n'y remédie pas, celle de l’explosion de l’euro. Bien entendu, tout cela n'est que très partiellement (partialement?) exact, largement exagéré par les médias et surtout centré exclusivement sur l’endettement public excessif des pays européens, hormis l'Allemagne; mais, pour autant, sans qu’on le compare avec, ce qui est sans doute beaucoup plus grave, l’endettement public et privé américain. Sans que l'on évoque la titrisation du yuan par la City qui risque de nous replonger dans des turpitudes spéculatives systémiques incommensurables. Trop compliqué! Mais non, Madame Michu, c'est le déficit qui compte, comme pour votre ménage!3703900325.jpg

Alors, n'en voulez-pas trop au "Mozart de la finance" de s'attaquer aux pauvres et aux classes moyennes. Il ne connaît pas! Alors il croit quand on lui dit qu'il existe plein de chômeurs qui s'en mettent plein les fouilles sans travailler. Il croit quand on lui dit que c'est les seules taxes qui handicapent la compétitivité des entreprises. Il croit quand on lui dit qu'avec la moitié de fonctionnaires tout irait mieux. Si, si, il le croit, parce que son habitus a été structuré ainsi. Et il serre les poings à la une du JDD pour signifier qu'il va combattre tous ces privilégiés! Les banques? Quoi, les banques? J'en viens je sais de quoi je parle! Tout marche bien, je vous l'assure! Et l'Europe? Quoi l'Europe? Il faut se plier aux avis de Bruxelles qui commande. Obéir!

Et cela ne va pas s'arranger avec Jean Tirole* nouveau prix Nobel d'économie! Comme il écrit ladite économie en polytechnicien, version ingénieur des ponts, mention Meuaïti** aucun journaliste ne va comprendre quoique se soit et on va lui faire dire tout le bien qu'il faut accorder aux marchés. Et comme TSE*** trouve une grande partie de ses ressources dans la sponsorisation par de grands groupes (Axa, EDF, Electrabel-GDF-Suez, BNP Paribas,…) il n'y apportera pas beaucoup de contradiction! Encore une "victime" de son habitus!

Alors je rêve que Frédéric Lopez amène Macron, Touraine, Sapin,… vivre une petite quinzaine dans un HLM de Drancy, au SMIC, sans autres prérogatives que celle d'un érémiste. Ou bien dans une ferme de la Creuse ou du Lauragais. Ce que j'appelais "La tectonique des habitus"****  opérerait peut être afin que ceux nous gouvernent et qui se réclament de gauche feignent au moins de ne pas la trahir. C'est moins le traître qui nous trahit que nous qui nous sommes trompés d'ami disait Robert Sabatier (Le livre de la déraison souriante).

*Je vous avais prédit le prix Nobel de Jean Tirole en 2007 (CONTRE L'OBSCURANTISME ÉCONOMIQUE 27/09/2007)
** M.I.T. Massachusetts Institute of Technology de Boston
*** Toulouse School of Economics, dont J. Tirole dépend
**** voir note du 09/09/2009
L'illustration est empruntée à Lasserpe http://lasserpe.blogs.sudouest.fr

Les commentaires sont fermés.