Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

05/03/2018

BARAK MACRON ET DONALD WAUQUIEZ

Suite à de nombreux commentaires sur les offs de Laurent Wauquiez ce que je vais décrire pourrait être les prémisses d'un mouvement droitier dont l'écume explicitée aujourd'hui s'avère trompeuse. Beaucoup desdits commentaires fustigent la légèreté (la vulgarité, la perversité, la…) de l'homme à la parka rouge et/ou sa radicalité déplacée en lui prédisant un avenir improbable. Peut être… quoique… restons lucides!

L'élection de E. Macron a répliqué en France (avec le décalage habituel) à celle de B. Obama quant aux raisons majeures du choix. Pour faire simple, la préférence des votants est allée à une vision "modernisée" (youngster, punchy, cool, new look, hight tech,…) aidée par une logistique marketing de grande envergure. Ici comme aux US cette image renouvelée du politique a séduit d'autant mieux que l'on sortait ainsi d'un vieux monde musty (vieux jeu) ayant usé des combinaisons jusqu'à la corde. Un vieux monde fractionné alors qu'ils proposaient, l'un et l'autre, un "enmêmetemps" d'inspiration systémique. Obama incarnait une nouvelle vague de politique clean et équilibrée. Sauf qu'au bout du compte les américains se retrouvent avec un Donald Trump vainqueur des urnes.

Ici, Emmanuel Macron a pris le même chemin électif, jouant sur le moderno-jeunisme, social mais pas trop, pourfendeur des vieilles badernes partisanes.

Fort de son succès, Macron joue maintenant au réformateur tous azimuts et à toute vitesse. J'éviterai de lister tous ces changements entrepris pour éviter de donner le tournis après la trébouline*.

Sauf que l'enmêmetemps systémique qui (m')avait fait espérer de nouvelles pratiques plus holistiques (globalisantes) n'oubliant pas les dimensions humaines au profit des dimensions économico-comptables, se traduit en vérité par un usage pervers. Enmêmetemps macronien consiste à concentrer le temps, à faire comme si les transitions nuisaient au changement. Dès lors, l'accélération des mutations (statuts, écoles, agriculture, énergie, transports, émigration,…) fait exploser la capacité de bonne volonté de nombreux acteurs concernés. En politique il faut laisser le temps au temps, comme disait l'autre, sans brusquer (voire violer) les situations. L'accélération ne se supporte que lorsqu'elle s'avère rémunératrice en argent ou en position sociale. Lorsqu'elle n'est donc pas un sacrifice!

Or, les changements actuels imposent ou imposeront des sacrifices à de nombreuses catégories se situant dans ce que l'on nomme "les classes moyennes": fonctionnaires, paysans, retraités, petits commerçants,… On retrouve le fameux ex ante/ex post déjà cité dans la note précédente** sans que le délai de retour sur sacrifice soit clairement exprimé et, enmêmetemps un bonus pour d'autres classes jugées (à tort ou à raison) plus favorisées. Quant à la justification  donnée elle reste du niveau de thèses plus ou moins éculées pour avoir foiré dans le passé (ou ailleurs).

Le projet macronien semble donc vouloir brûler les étapes d'une numérisation de l'économie de façon à prendre de l'avance sur la mutation inéluctable en faisant de la France le premier de cordée européen. Mais pour cela il eut fallu signer un pacte de progrès avec les syndicats avec, pour le moins, une flexisécurité concertée. Il eut fallu compenser pour les agriculteurs la mutation vers le bio et les pertes temporairement subies. Il eut fallu trouver avec les profs et les étudiants des bases acceptables d'application de la nouvelle sélection via un bac étiolé et un Parcoursup contestable. Il eut fallu ne pas faire penser que l'enseignement public, de la maternelle à l'université, allait devenir un grand marché (juteux) de l'éducation.

Il eut fallu… mais les négociations piétinent voire n'existent pas. D'où une grogne qui se généralise en obligeant le gouvernement à jouer au pompier-incendiaire avec plus ou moins de bonheur.

C'est ce type de mécontentement affirmé ou rampant, méconnu ou dénié par le pouvoir, qui a conduit à l'élection de D. Trump. C'est le même qui a apporté au Brexit une majorité inattendue.

En réfléchissant un peu on perçoit tous les éléments contributifs à la surprise des élections américaines ou anglaises qui se mettent en place en France. Alors que les "élites sachantes" jouaient du déni d'une possibilité de ces énormes surprises, les courants de fond les ont concrétisées dans les urnes. Comme ils ont porté (entre autre) Ménard à la mairie de Béziers et son épouse à l'assemblée. Comme ils viennent de se manifester en Italie!

Celui qui a récupéré les vestiges de la droite française, le normalien,  énarque, major agrégé à la parka rouge délavé, sait analyser le marché politique. Les morceaux de la droite BCBG s'avèrent quantitativement bien maigres suite aux trous d'air Sarko, Juppé, Fillon et cie***. Pour accroitre la part de marché de voix, il ne peut guère espérer mordre sur un centre-droit droit récupéré solidement par Macron. Reste donc deux groupes potentiels à attirer: les frontistes exaspérés par la pantomime lepéniste nourrie d'errements vis à vis de l'U.E. d'une part, et les "plus rien à faire, plus rien à foutre" décrits par Brice Teinturier de l'autre.  

Wauq.jpgL. double V. la joue donc dans le registre populiste afin de donner consistance politique (et surtout électorale!) à cette vague qui va du désagrément à l'exaspération. Ayant appris du macronisme la nouvelle donne transpartisane, il espère attirer dans son escarcelle, à l'instar du trumpisme, ceux que l'on méprise, ceux que l'on abandonne, ceux qu'on leurre,… en un mot les insatisfaits du régime. Certes, ils viennent d'une gauche modérée qui ne se retrouve pas dans l'insoumission mélenchoniennne, de la gauche communiste irritée par cette dernière, de la droite banale qui reste porteuse d'une forte frustration du "vol des élections présidentielles", de la droite dure qui trouve en Wauquiez les ingrédients frontistes sans en subir l'opprobre… Mais pas que! L'élection de Trump résulte de la mobilisation d'une part de l'électorat que l'on n'attendait pas comme votants. Les humbles, les gueux, les obscurs, les oubliés du partage des richesses que l'on dit fructueux… pour d'autres. Ce cortège des ombres du capitalisme new look, celui qui est passé des hauts fourneaux aux bureaux hyper informatisés, celui qui s'est mué en vampire des profits, celui qui est en passe de sacrifier l'école républicaine à une école castratrice, celui qui banalise les empreintes territoriales… Cortège improbable d'effrayés par la mondialisation, l'avenir et la perte des repères, tétanisés par la vague attendue d'émigration cosmopolite et allogène. En fait tous ceux qui se moquent de celui qu'ils élisent pourvu qu'ils se vengent de ceux qu'ils tiennent pour responsables de leur infortune. "Laurent Wauquiez est dans une opération à la Trump où il s’agit de scandaliser pour exister et pour fédérer les troupes", explique le politologue Philippe Moreau Chevrolet, président de MCBG Conseil. L’avantage d’une telle parole est d'avoir un impact émotionnel immédiat chez l’auditeur. Le choc provoqué est ensuite relayé maintes fois par les médias.

Voilà le pari de Wauquiez qu'il ne faut pas prendre pour un idiot, qu'il ne faut pas négliger comme les US ont négligé Trump.

Ce que certains prennent pour des erreurs, des bourdes, ne s'agit-il pas d'éléments de différentiation (je ne suis pas comme les autres, je parle vrai, j'assume,…) comme ce dernier a procédé au début? Les diatribes contre la presse aux ordres qui le ciblerait volontairement ne rappellent-elles pas la stratégie trumpienne?

Nous verrons si l'homme possède l'épaisseur du président américain. Nous verrons s'il arrive à s'extraire de son passé politique pour apparaître avec les habits neufs d'un Don Quichotte moderne crédible. Si les Sancho Pança qui l'accompagnent tiennent leur rôle sans faillir. Mais ne mésestimons pas le projet wauquiezien tant le moment semble propice pour fédérer l'armée des "rien à perdre"****. Un regard au delà des Alpes doit nous préoccuper… Les européennes donneront une première évaluation du coup de poker du président des LR.



* voir : LA TREBOULINE 30/05/2017
** voir : (R)ÉQUILIBRATIONS 14/02/2018
*** On peut tout de même retenir que cette hécatombe marque clairement la droitisation de cette partie de l'opinion.
**** LW recueillerait 25% d'opinions favorables chez les agriculteurs

Commentaires

"le vieux monde se meurt , le nouveau monde tarde à apparaître et dans ce clair-obscur
surgissent les monstres " Gramsci

Écrit par : Burro Calvo | 11/03/2018

Écrire un commentaire