Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

17/01/2012

SYSTÉMIQUE SAUMADIENNE

Gérard Saumade, dont je ne vous ferais pas l’insulte de décliner l’identité, vient de mourir à l’issue d’une vie riche et mouvementée. Saumade économiste et homme politique.

L’ECONOMISTE HÉTÉRODOXEsaumcouv 1.jpg

Gérard Saumade, l’économiste, hétérodoxe (c’est à dire ne sacrifiant pas aux dikats académiques de l’école dominante du libéralisme anglosaxon) a été victime, comme beaucoup d’entre-nous, de la chasse aux sorcières digne du maccarthysme qui a sévi dans les universités ces trente dernières années. Il fut membre à part entière de l’économie spatiale contingente fondée par Jules Milhau via le CRPEE (Centre de Recherche de la Productivité et des Etudes économiques). De quoi s’agit-il ?

Tout d’abord sur le plan théorique, Jules Milhau appelait à un raisonnement rigoureux (il était économètre) mais sans exclusive des contextes géographiques et sociaux qui le conditionnent. L’économie ne se conçoit pas comme une île dans un univers adiabatique mais comme fortement ancrée dans un territoire. Il s’agit d’abord d’une approche globale du développement qui intègre ses aspects économiques, sociaux et culturels, alors que la tendance de l’époque était de scientiser l’économie en l’isolant. Une approche spatiale ensuite où s’inscrit la contingence via les intérêts et les enjeux des communautés humaines qui y meuvent. Une approche multisectorielle aussi quand à l’époque l’accent était presque exclusivement mis sur l’industrie. Une approche communicationnelle enfin prenant en compte les déséquilibres d’information entre acteurs (F. Perroux) et de rôle prémonitoire des NTIC (Saumade a conduit un rapport sur ces technologies). Cette école prône une démarche inductive en quelque sorte, nourrie de la complexité du monde réel et destinée à le changer par l’action.  Quand on sait que G. Saumade (maire, député, président du Conseil Général), Max Lévita (Conseiller régional, Adjoint au maire de Montpellier, Député suppléant, vice président d’agglomération), Jean Ousset (Maire adjoint), Jean Pierre Vignau (maire adjoint, membre du Conseil Economique et Social), José Fornairon (membre du Comité économique et social), Claude Barral (Maire, Conseiller général), André Soulier (Délégué régional au tourisme), votre serviteur (maire adjoint, conseiller de district), …. sont des « produits » de ce centre et de cette école, on en mesure  l’impact.

Plus précisément, Gérard Saumade a été l’un des premiers montpelliérains, voire le premier, à traduire l’ambition de Milhau dans le cadre systémique. Je me souviens avoir connu l’importance de la contingence par son cours à l’IPA faisant référence au fameux article fondateur d’Emery et Trist* sur la typologie des environnements. Disciple de Montesquieu** il puisait dans « La théorie des climats », selon laquelle le climat pourrait influencer substantiellement la nature de l'homme et de sa société, l’origine de ce concept de contingence des actes sociaux.

Mais, dans ce cadre universitaire pour la première fois, Gérard a été leurré. A l’agrégation des Universités des Sciences Economiques sur laquelle il fondait beaucoup d’espoir, il lui fut préféré par le jury et son mentor un collègue. À tort ou à raison, mais cause d’une blessure qui ne se referma jamais. La rancœur l’a poussé vers l’enseignement de la gestion et une optique plus « technique »  dans le cadre des IUT naissants. Appliquant ici encore la contingence systémique il conçoit et finalise un jeu de simulation interactif d’une économie nationale (SIPSE) avec M. Senouillet, J. de Mailly, B. Filliatre, M. Lévita. Ce jeu n’a pas eu, à ma connaissance, d’équivalent depuis. Si Gérard Saumade n’a pas réalisé une carrière de chercheur très prolifique, cela tient à son investissement dans  l’administration universitaire d’abord, l’action politique ensuite. Cet investissement s’avère en conformité avec sa référence première, Montesquieu, dont il faisait son pivot de l’histoire de la science économique*** qu’il enseigna longtemps.

L’ENGAGEMENT ÉCLAIRÉ

Dans le domaine politique, Saumade est devenu un acteur majeur. Selon le principe de Milhau il fallait qu’il porte sur le terrain les thèses qu’il enseignait. Héritier d’un socialisme humaniste terrien, il va s’efforcer de réconcilier les espaces fractionnés par la modernité.  Il appliquait son credo systémique qui lui permettait de gérer la complexité de la ruralité. De comprendre la différence de contexte des hauts cantons biterrois avec la plaine melgorienne ou le littoral sétois, ceux qui étaient de la vigne, ceux qui vivaient du tourisme et ceux qui s’inscrivaient dans une modernité tertiaire. Partisan d’un aménagement du territoire concerté plus qu’imposé, pratiquant une politique plus inclusive qu’excluante,  il a pétri en permanence une « vie locale » pour l’amener à faire émerger une valeur ajoutée selon l’optique de Jules Milhau. Forcément les limites d’un parti s’avéraient un obstacle à cette volonté d’adaptation aux réalités. Sa culture et son franc parler l’ont conduit à une idylle intellectuelle avec François Mitterrand. Une promenade célèbre sur les chemins du Pic Saint Loup avec Rocard à la remorque affublé d’un imper trois tailles trop grand, lui fit espérer ardemment un portefeuille ministériel. Ici encore il fut dupé, le président se servant de lui comme d’une muleta pour leurrer le taureau fréchiste. La blessure n’en fut pas moins mordante et l’entraîna à se concentrer sur le terroir héraultais où il s’affronta durement avec l’ogre clapasien en nourrissant une haine réciproque. Il garda toujours l’idéal républicain au cœur comme un credo, mais dût sortir du cercle PS qui lui imposait des voies auxquelles il n’adhérait pas. Libéré de ces entraves son savoir faire s’épanouit et l’aménagement du territoire profita de cette « disponibilité ». Les aspects importants du parti pris d’une action contingente inclusive sont: la création de  réseaux, de partenariats, de relations et compréhensions mutuelles, l’identification à des terroirs,… Le processus tente de créer une dynamique positive entre les acteurs sensés travailler ensemble, en excluant le minimum de personnes des retombées socio-économiques. Bailleur de fonds jusqu’au village le plus reculé du département, le Conseil Général saumadien a ainsi appliqué la thèse de son président. La vulnérabilité de certains espaces ruraux et de certaines personnes fragilisées a toujours mobilisé ce processus d’une façon structurée sans céder à la « politique de guichet ». Le maintien de masses critiques afin d’éviter la désertification d’un côté, la saturation de l’autre à présidé à la stratégie saumadienne selon les arcanes que prêchait Jules Milhau. Bien sûr les choix laissent toujours des insatisfaits ou des grincheux. Mais il fut reconnaître que Gérard Saumade a tenté de pratiquer cette contingence inclusive au mieux des contraintes nombreuses qu’il a du gérer.

Au total, une approche territoriale du développement où priment les intérêts et les enjeux des territoires via l’attractivité et l’authenticité des communautés humaines qui y sont implantées. La recherche d’un équilibre équitable entre pôles urbains centrés et pôles éclatés ruraux avec l’obligation d’une écologie raisonnée. Sur ce dernier point, Gérard Saumade s’est avéré également précurseur puisqu’il introduisait cette contrainte « verte » dès les années soixante dans ses enseignements.

Gérard Saumade à donc été, à l’instar de son modèle, Montesquieu, un penseur de l'organisation politique et sociale des sociétés modernes, et l’édile éclairé que la démocratie locale réclame et dont il est dommage que la démocratie nationale n’ait pas cru bon e fadire usage.

 

* F.E. EMERY ET E.L. TRIST. The casual texture of organisational environnements. Human Relations, 1965, n°18.

** Keynes affirma que Montesquieu était le plus grand économiste français

** Montesquieu économiste, par J. Lajugie. Révolutions en Aquitaine de Montesquieu à Frédéric Bastiat. Actes du XLIIe Congrès d'Etudes régionales de la Fédération Historique du Sud-Ouest. Bordeaux (29-30 avril 1988). Préface de Robert Etienne. Et B. Blancheton. Montesquieu économiste, Cahier du GRES. N° 2005-24. Décembre 2005

 

Les commentaires sont fermés.