Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

23/03/2014

LA FRACTURATION DES CÔNES

Le cône du silence représente une métaphore judiciaire qui représente le secret exigé lorsqu'il existe des enjeux, soit le secret entourant une affaire. Également, la concentration du pouvoir a été, de tous temps, métaphoriquement représenté par un cône générique (pyramides égyptiennes, inca, tour d'ivoire, donjon,…). Quelle que soit la figure géométrique de la base, plus large est cette base et plus éloigné le sommet, plus  le pouvoir se renforce et s'isole. Traduit en langage courant, les institutions et les organisations construites par ledit pouvoir n'ont eu de cesse que de s'éloigner du "peuple" pour se créer un espace protégé, cité interdite aux non habilités. Impénétrable, inécoutable. Dans cette enclosure privilégiée les "élus" pouvaient réfléchir, décider, juger mais aussi trafiquer, cacher, coucher,..  A part quelques rares fois*, rien ne transpirait de ces cônes du silence savamment utilisés. Ainsi fonctionnait le "lieu des gouvernants", cité interdite et taboue. En parallèle, comme tout  pouvoir poursuit l'objectif majeur de se maintenir, "ceux de la cité interdite" imaginèrent de s'informer sur les autres. Adversaires, bien sûr, pour posséder "un coup d'avance" mais en allant jusqu'à la curiosité malsaine d'écouter tout le monde. Edward Snowden, ancien employé de la Central Intelligence Agency passé à la National Security Agency (renseignement technologique) a révélé au Guardian et au Washington Post, l’existence de deux programmes secrets qui permettent au gouvernement des Etats-Unis d’écouter les appels téléphoniques aux USA et d’intercepter les communications des internautes américains et étrangers sur les grands réseaux sociaux (Facebook, Google et Skype). Idem pour Bradley Manning et le site Wikileaks. Ainsi allait le monde partagé entre "sachants" et "les autres", écoutés ou pas.

En France la concentration due à l'élection présidentielle par le suffrage universel  a été un moteur puissant de ces cônes du silence avec pour illustration majeure l'ère mitteCones.jpgrrandienne.

Sauf que les "NTIC" se sont développées à vitesse supersonique! Informatique, Internet, réseaux, téléphonie, radiophonie, multimédia, communication sans  fil,… j'en passe et des meilleurs sont maintenant à la disposition de tous.

Nous assistons donc, dans la vulgate actualité, à un phénomène extravagant constitué par la fracturation de cette construction sociale en cônes de silence par toutes les "nouvelles technologies de l'information". Actuellement on assiste chez nous, à une agitation frénétique concernant pêle-mêle les écoutes, les révélations amoureuses, les enregistrements clandestins… Les ex protégés de droite ou de gauche poussent des cris d'orfraies accusant alternativement les adversaires, la justice, la police, la presse,… Déontologie, vie privée, secrets divers, évoquent-ils en se drapant dans une dignité outragée plutôt risible quand on connaît d'adage "pas de fumée sans feu"! Ils ont oublié que n'importe quel smartphone enregistre, photographie, que les caméras sont microscopiques et hyper précises, qu'on intercepte facilement les messages, qu'on … Qu'en fait les cônes de silence sont une protection non seulement illusoire mais piégeante, puisqu'elle fait croire à un isolement étanche alors qu'elle n'est que spécieuse. Les gesticulations de Sarkozy, d'Hollande, de Copée, de Taubira, de Valls,… touchent au ridicule face aux "preuves" tirées des NTIC. Qui peut invoquer son ignorance alors que quiconque maile, twitte en permanence? C'est l'histoire de l'arroseur arrosé!

En outre, hier, les puissants du haut du cône s'appuyait sur une justice qui quoique l'on dise les a toujours favorisés. Justice de classe dont la lenteur jouait largement dans l'effacement des dérapages, des incartades. Cinq, voire dix ans plus tard les choses changent de perspective! Or, la justice elle-même se dote de ces nouvelles technologies et accélèrent ses investigations se faisant accuser ainsi de harcèlement. La compétence numérique de certains juges devient une puissante arme d'instruction puisqu'elle lui permet via les réseaux sociaux et autres bases de données de recouper les informations, de déceler les contradictions.

La caste du pouvoir - la caste au pouvoir - dans un dernier effort pour sauver ses prérogatives, tente d'intimider voire d'éradiquer les contre pouvoirs. La justice on vient d'en parler, mais aussi la presse. Celle d'investigation bien entendu, chassant le mensonge (même celui que l'on nie, les yeux dans les yeux), les trafics (d'influence ou d'argent), mais aussi les autres (jusqu'aux peoples) contaminées eu égard aux pics de diffusion générés par les scoops. tour-triangle-paris.jpgLa chape de plomb qu'ils avaient posée sur l'information éclate de toute part comme un panier percé. Quand Closer révèle des secrets d'alcôve présidentielle, il n'y a plus de frontières! Viennent ensuite les ONG qui se sont appropriées la puissance médiatique des lanceurs d'alerte: nucléaire, mal bouffe, pollution, escroqueries,…  et plus largement les associations qui arrivent à bloquer des projets comme l'aéroport de Nantes. Nous aimerions pouvoir ajouter à la liste de ces contre pouvoirs réveillés, les syndicats. Hélas, la France ne possède pas une culture avancée dans ce domaine. Trop de chômage, trop de division, trop peu d'adhérents pour peser vraiment**.

Le monde a changé, le monde numérique surtout et la démocratie reste encore empêtrée dans ses enclosures de privilégiés. Une démocratie nouvelle pourrait émerger de cette ère numérique, une démocratie où chacun saurait qu'il ne peut rien cacher, même et surtout s'il est puissant. Une démocratie qui ferait redescendre les dirigeants des zones isolées dans lesquelles ils se cooptent encore avec complaisance, pour les remettre dans la réalité des activités sociales de leurs joies, de leurs peines et de leurs drames. Sans droits supplémentaires, sans protections spécifiques, citoyens parmi les citoyens, tenus aux lois et à la bienséance. Une démocratie où les masques deviendraient transparents grâce aux moyens de communications et, dès lors, tomberaient afin de laisser apparaître les vraies valeurs humaines et les vraies compétences philosophiques. Nous devrions tous méditer cet avis d'Howard Rheingold*** "Ce n'est pas uniquement la façon dont nous utilisons la technologie qui nous concerne. Nous sommes également concernés par le genre de personne que nous devenons en l'utilisant"

* appelées "affaires" (Stravinsky, Ballets roses, Oratoire,…)
** Rendons au passage un hommage à André Blondel, secrétaire général de FO, décédé cette semaine, l'homme à bretelle que l'on côtoyait dans les callejons de la féria de Béziers, laïcard et libre penseur, truculent orateur des négociations serrées.
*** Foules Intelligentes. La révolution qui commence.M2 Editions. 2005. p 235

Les commentaires sont fermés.